La souche

Simon de Lomel est né vers 1600 à St-Jean-de-Rouvroy, Abbeville, Picardie, France (au nord de la France, près de la Belgique). Il a marié Jeanne Ceillier, vers 1620, à St-Jean-de-Rouvroy, France. Simon et Jeanne ont eu plusieurs enfants. Claude, l’aîné, est né le 30 mai 1627 à St-Jean-de-Rouvroy.

Le nom de famille de Claude varie souvent selon les sources généalogiques que l’on consulte: on peut y lire, entre autres, Delomay, Delomey, Delaumay, Delauney, Delaunay, Delome, de Laumay, de L'Homel and de Lomel. Toutefois,
deux « cousins » Denommé, Philip de Windsor (Ontario) et Jean-Marc de Trois-Rivières (Québec), se sont rendus à Amiens en Picardie et ont fouillé dans les registres de St-Jean-de-Rouvroy. Philip affirme que «dans les registres de St-Jean-de-Rouvroy, se trouve une famille de L’Homel dont le nom est souvent écrit Delomel ou de Lomel, mais Delaunay en dehors de la Picardie ». Quant à Jean-Marc, il rapporte avoir lu dans le registre des baptêmes de St-Jean-de-Rouvroy ce qui suit: « Le 30è mai 1627 fut baptisé Claude de Lomel fils de Simon et de Jeanne Ceillier. Son parrain Pierre Gagnon. Sa marraine J. Jacqueline Boinau ».
(Jean-Marc conserve la copie de cet extrait de baptême). Les autres enfants de Simon ont aussi été baptisés sous le même nom, i.e. de Lomel ( la dernière syllabe « el » se prononçait alors « é »).

Claude arriva à Québec, en Nouvelle-France, en 1664. Dès l’année suivante (8 février 1665) , il obtint du seigneur de Beaupré et de l’Ile-d’Orléans un lopin de terre sur la rive sud de l’Ile-d’Orléans, selon le contrat passé devant le notaire Michel Fillion. Au recensement de 1666, Claude figure sur la liste des travaillants, à titre de cordier.

Claude se maria en 1669. Après avoir fait un contrat de mariage devant le notaire Becquet, le 21 septembre, sous le nom de Deloné, Claude de Laumay épousa le 3 octobre à Ste-Famille, Ile-d’Orléans, Denise Leclerc, fille de feu Jean et de Jeanne Nigremont, de la paroisse de Notre-Dame de Gonesse, Paris.

Claude et Denise ont eu trois enfants: Jean, Bernard et Marie-Anne. Claude décéda le 8 novembre 1695 à St-Laurent, Ile-d’Orléans. C’est Bernard qui assura la descendance à la génération suivante sous le nom de Delomé. Il quitta St-Laurent pour s’établir à St-Antoine de la Chevrotière, près de Deschambault, Québec, vers 1700.

Deux générations plus tard, Joseph Delomé se maria le 16 septembre 1754 à Berthier sous le nom de Denommé. Depuis, tous ses descendants se sont appelés Denommé (avec certaines variations de ce patronyme). Durant un siècle, ils ont vécu plus particulièrement à St-Cuthbert et dans les environs. À partir des années 1840-1850, pour des raisons économiques surtout, ils ont commencé à émigrer vers l’Ontario, en particulier dans le comté Huron et à Verner, vers les États-Unis, soit dans le Massachusetts, le Connecticut, le Rhode Island et le Michigan, et à l’intérieur du Québec, en Abitibi et au Témiscamingue, dans l’Outaouais et sur la rive-sud du Fleuve, à Acton Vale.

Aujourd’hui, il se trouve des Denommé, Dénommée, Denommee , Denome, Denomey, Denomy, Denomie, DeNomme, DeNoma, Desnomie... dans 7 des 10 provinces du Canada et dans au moins 31 États aux États-Unis.

 
 



Un gros merci à Donald Chretien pour leur appui artistique.

© Art Denommé, 2002. Tous droits réservés. Dernière mise à jour le 2018-03-13